Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé
fleche retour

Rencontre Partage

ATELIERS DE LA PENSÉE “Basculement des mondes et pratiques de dévulnérabilisation “

Carole Karemera directrice de l’Ishyo Arts Centre questionnera le parcours de l’écrivain et universitaire sénégalaise, Felwine Sarr. L’occasion d’évoquer le concept de « dévulnérabilisation » en lien avec le spectacle We Call It Love et de revenir sur le parcours de Felwine de ses début jusqu’à la sortie de son premier roman Ces lieux qui hantent mes rêves.


Économiste de renom, auteur d’un essai sur le futur 77 de l’Afrique qui fait date, cofondateur des Ateliers de la pensée à Dakar, co-auteur en 2018 d’un rapport sur la restitution du patrimoine africain au retentissement mondial, le Sénégalais Felwine Sarr est aussi poète, romancier, écrivain de théâtre et musicien. C’est à la figure lumineuse de l’artiste, parfois occultée par celle de l’intellectuel, que ce portrait est consacré. Chez Felwine Sarr, la quête spirituelle du poète précède l’engagement de l’intellectuel dans la vie publique. Il entre en littérature en 2009 avec un texte hybride, tout à la fois poème, essai introspectif et roman autobiographique: Dahij retrace un chemin, une tension, « une guerre intérieure pour sortir de moi-même » qui se poursuivent en 2012 avec les Méditations africaines.

En 2016, Afrotopia signe l’apparition d’un intellectuel-monde qui, avec optimisme, enjoint l’Afrique d’être à la hauteur de ses potentialités. Parallèlement, Sarr étoffe son œuvre poétique, reprend la composition musicale, explore les possibles du roman et du plateau. Résident à l’Institut d’Études avancées de Nantes en 2017–18, il revient dans notre ville pour le portrait que lui consacrent Le Grand T et le lieu unique. L’occasion de découvrir son théâtre (Traces), d’entendre sa poésie dite par les comédiens nantais Marie-Laure Crochant et Jérémy Colas, de l’écouter parler d’utopie avec la romancière Léonora Miano (Rouge impératrice) et de le voir interpréter ses chansons à la guitare avec son groupe. Où l’on découvrira que quoi qu’il touche, Sarr « plonge sa plume au plus profond de soi ».

fleche retour

Privacy Preference Center