THEATRUM MUNDI

Theatrum Mundi s’ouvre sur un dispositif singulier : une femme enceinte en costume élisabéthain théâtral ouvre son ventre pour dévoiler un microcosme et narrer la vie de l’être en devenir qui grandit en elle.

Inspiré du monologue de Jacques dans Comme il vous plaira de Shakespeare, Theatrum Mundi invite le spectateur à explorer sa condition d’Homme : y sont évoqués les thèmes éternels de la maternité, la féminité, l’horlogerie du corps féminin, le désir d’enfanter et d’éduquer dans un monde en constante mutation, ainsi que le cycle de vie d’un nouvel être humain en devenir dans le ventre d’une femme. Tel un petit théâtre baroque mis en abîme, ce spectacle s’appuie sur le principe du costume castelet et des techniques de manipulation miniatures.


Compagnie Hold Up !



KLUB TAÏGA - concert version

À l’occasion de la sortie du disque publié sur Nero Editions – suite de leur spectacle KLUB TAIGA – Dear Darkness ; Industria Indipendente, turbulent collectif d’arts vivants basé à Rome présente la version concert pour synthétiseurs, batterie, trompette, kalimba, boîte à rythme, dulcimer, percussions, voix multilingues, corps et apparitions.



RENCONTRE - Migrations artistiques

Comment concilier circulation des artistes et des œuvres avec les crises sanitaires, politiques et climatiques ? Au-delà de l’attention essentielle portée sur l’empreinte carbone, ces migrations artistiques posent également la question de notre capacité à déplacer notre regard et à construire de véritables coopérations interculturelles dont les festivals doivent continuer à être les pionniers.



LE FAUX-ORCHESTRE

Nouvelle variation de l’Homme-Orchestre par le virtuose Santiago Moreno, le Faux-Orchestre réunit l’art de la marionnette et les sonorités sud-américaines dans un concert qui s’écoute les yeux grands ouverts !

Deux musiciens sont assis dos à dos : l’un est vrai et l’autre faux. D’un côté, un musicien et son instrument à cordes, le Ronroco. De l’autre, un percussionniste flanqué d’un tambour, d’une cymbale et de cuillères musicales aux genoux. L’un des deux est un faussaire, un faux air de l’autre. Dans un dispositif tournant, les deux alterego tentent une impossible rencontre. Ils se suivent, s’esquivent et se taquinent pour enfin s’oublier dans une danse circulaire et endiablée. Entre original et copie, réel et illusion, se joue le Faux-Orchestre, un concert de rue tonitruant !


Compagnie de la Mue/tte & Santiago Moreno



THEATRUM MUNDI

Theatrum Mundi s’ouvre sur un dispositif singulier : une femme enceinte en costume élisabéthain théâtral ouvre son ventre pour dévoiler un microcosme et narrer la vie de l’être en devenir qui grandit en elle.

Inspiré du monologue de Jacques dans Comme il vous plaira de Shakespeare, Theatrum Mundi invite le spectateur à explorer sa condition d’Homme : y sont évoqués les thèmes éternels de la maternité, la féminité, l’horlogerie du corps féminin, le désir d’enfanter et d’éduquer dans un monde en constante mutation, ainsi que le cycle de vie d’un nouvel être humain en devenir dans le ventre d’une femme. Tel un petit théâtre baroque mis en abîme, ce spectacle s’appuie sur le principe du costume castelet et des techniques de manipulation miniatures.


Compagnie Hold Up !



WINTER FAMILY

Winter Family définit sa musique comme de la « weird wave » ou  »Funeral Pop ». Au-delà des étiquettes, le duo originaire de Jérusalem et Lotharingie formé par Ruth Rosenthal et Xavier Klaine, développe depuis plus d’une dizaine d’années un univers pour le moins singulier et poétique, hors des clous et hors des modes. Signés sur les Labels références Sub Rosa (bel), Alt-Vinyl (uk), Psychic Mule (USA) et Ici d’ailleurs (fr), ils jouent à travers le monde dans des clubs, des galeries et des églises une pop sombre, politique, saturée et habitée, entre féérie, chaos et mélancolie et a collaboré avec de nombreux chorégraphes, cinéastes, musiciens et artistes. Winter Family crée également 3 pièces de théâtre documentaire avec lesquelles ils tournent depuis 2011.



RENCONTRE - Aux frontières du réel

Quel rapport entretiennent aujourd’hui les artistes des arts de la scène avec le réel ? D’où provient ce désir d’enquêter, de croiser des récits de vie ? Pourquoi réintégrer du sensible dans notre connaissance de l’Histoire ? Échanges autour de ces expériences inédites qui sont au cœur des processus de création des spectacles du Transfestival.



BE CLAUDE

Une performance jubilatoire et philosophique qui va vous emmener à travers la ville sur les traces de l’extravagant.e Claude !
Tout commence par un homme qui lave une vitre. En vérité, c’est peut-être son âme qu’il lave. Et parce qu’il y engage toute son énergie, le voilà bientôt profondément libre, en déséquilibre parfait, et naturellement connecté avec l’un des plus grands mystères de la constitution humaine : la part féminine. Aucun homme n’est complet sans cette part là et Claude le sait. Be Claude, de la Cie 1 WATT, est un rituel burlesque pour la rue, qui se mélange à l’intime et à l’événement du moment. Un trajet, une divagation, un décollage, une prise de liberté, une confrontation avec le savoir vivre, le tout débouchant sur une danse dionysiaque et exubérante.


Compagnie 1WATT



SE RESPIRA EN EL JARDÍN COMO EN UN BOSQUE

El Conde de Torrefiel est l’une des compagnies catalanes les plus inclassables et révolutionnaires. Dans sa création immersive, elle explore notre façon de comprendre et de construire la réalité.

Se respira en el jardín como en un bosque est une expérience scénique captivante, pour une seule personne, qui occupe tantôt le rôle d’interprète et tantôt celui de spectateur. On y plonge dans une forêt symbolique, pour y alterner des moments contemplatifs, silencieux, et d’autres organisés en une chorégraphie de mouvements. De ce théâtre primitif et archaïque naît un jeu scénique d’actions simples qui invitent le participant à une réflexion sur la réalité indomptable du monde qui nous entoure. Un spectacle qui se réinvente à chaque fois, où chaque nouveau spectateur découvre un monde créé rien que pour lui.


El Conde De Torrefiel



48ÈME PARALLÈLE CHORÉGRAPHIES POUR LONGUES DISTANCES

La forme chorégraphique, filmique, poétique et musicale de cette création vous entraîne dans une expérience hors norme : une traversée de cinq mois du continent eurasien !

Cette aventureuse traversée, depuis la Pointe du Raz en Bretagne, jusqu’à l’île de Sakhaline, à la frontière est de la Russie, avec comme ligne guide le 48ème parallèle nord, a donné naissance à un spectacle dans lequel les images vidéo, les sons, les mouvements et les mots se combinent pour réactualiser le parcours du danseur-voyageur. Un spectacle qui témoigne de façon forte de la sensation des immensités vertigineuses du continent, de la confrontation à une nature sauvage, du temps long des déplacements ou encore des sonorités des langues entendues tout au long du périple.


Sylvain Prunenec